Politique scientifique

La politique scientifique, qu'est-ce que c'est ? On peut en avoir une définition dans un article de l'Encyclopedie Canadienne.ca qui la défini comme "les mesures coordonnées que devraient prendre les gouvernements pour promouvoir le développement de la recherche scientifique et technologique et, en particulier, pour guider l'exploitation des résultats de la recherche dans le but de faire progresser la croissance et le bien-être économiques du pays."

Le fait que les Etats participent et soutiennent au développement des sciences et des technologies existent depuis longtemps. Néanmoins, depuis les années 60, le développement scientifique est devenu un réel "bien national" à développer. (Encyclopedie Canadienne.ca).

A partir de cette époque, les organisations internationales (OCDE) ont promeut la nécessité d'établir des politiques scientifiques nationales.

La politique scientifique comporte deux aspects. L'un est de faire la promotion des sciences et favoriser son acquisition, et l'autre est de développer une politique d'exploitation de ces connaissances scientifiques dans un objectif de développement et d'innovation. (Encyclopedie Canadienne.ca).

La mise en oeuvre de la promotion des sciences est faite au travers de politiques de soutien par des fonds publics et autres ressources des recherches scientifiques par les organismes gouvernementaux dans un objectif de cohérence et de globalité au niveau du pays du soutien des sciences et de la technologie, en établissant des priorités dans les disciplines de recherche et des répartitions entre secteurs (universitaire, organismes gouvernementaux, industrie). (Encyclopedie Canadienne.ca).

La politique scientifique contribue donc à l'équilibre entre la recherche fondamentale, les sciences appliquées et le développement dans l'industrie des innovations technologiques.

Le choix des critères de promotion des sciences est donc très important et peuvent ou non tenir compte de recherche visant des besoins sociaux particuliers ou des priorités nationales. Ce qui pourrait conduire à ne promouvoir que les recherches les plus "productives". Il est donc indispensable que la politique scientifique tienne compte de critères de « pertinence » sociale. (Encyclopedie Canadienne.ca).

Les politiques scientifiques peuvent s'articuler autour de trois grands axes:

  • une réponse à des besoins sociaux importants ou précis;
  • un projet multidisciplinaire visant un but précis et faisant intervenir des organismes scientifiques gouvernementaux, des universités et l'industrie en vue de mettre au point de solutions à d'importants problèmes économiques et sociaux ou militaires;
  • une planification globale de l'utilisation des sciences et de son développement en fonction d'objectifs définis par l'État, politique qui n'est mise en oeuvre que dans des Etats "totalitaires" ou lors de guerres.
(Encyclopedie Canadienne.ca).

A fin de mettre en oeuvre des politiques scientifiques, trois possibilités peuvent être envisagées par les Etats.

  1. La création d'un Ministère des Sciences qui aurait la tutelle et financerait les établissements scientifiques gouvernementaux;
  2. La mise en place d'un ministre chargé de la politique scientifique qui agirait à titre consultatif auprès des autres ministères et organismes;
  3. La création d'organisme consultatif non ministériel qui serait chargé de fournir des conseils sur les aspects de la politique scientifique.
La première option pose la question de l'autonomie des scientifiques par rapport aux institutions gouvernementales.
(Encyclopedie Canadienne.ca).

Pour ceux que cela intéresse, un ouvrage récent sur le développement de la politique scientifique en Belgique : " Tant qu'il y aura des chercheurs : Science et Politique en Belgique de 1772 à 2015" de Halleux Robert aux Editions Luc Pire - ISBN : 2875421220,9782875421227





Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International


Retour


Publicité :


Les associations et Asbl (association sans but lucratif) sur Social Square